les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss, page 14

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss, page 14 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss - Page 14 sur 18

Au fil du temps, la propagande autour du culte de Mijalck s’était également organisée et Elibohme finit par posséder une véritable armée infiltrée dans toutes les institutions de la Confédération. Lorsque Kerm et les autres Gros Conglomérats décidèrent de se réunir sur Kaxido, il avait été aussitôt prévenu. Pour leur montrer qu’il ne plaisantait pas, il avait commandité l’attentat.

Il était devenu fort, mais pas encore assez pour passer à l’offensive ouvertement. Les trois cargos qui s’étaient enfuis n’étaient pas prévus dans son plan. Deux d’entre eux furent éliminés quelques heures après l’attentat. Le troisième avait déclenché une série d’événements désagréables.

Maintenant, il avait découvert ces gens qui n’appartenaient pas aux organisations connues de la Confédération. Qui étaient-ils ? Il n’en savait rien, mais les rapports qu’il avait reçu se révélaient clairs sur plusieurs points : ils n’étaient pas connus de la Confédération et ils possédaient une technologie que même l’Ordre ne possédait pas.

Elibohme lâcha le visage de la femme et se releva. Le corps sans vie allongé à ses pieds allait peut-être lui apporter quelques réponses. Lorsque Nétona arriva d’un pas rapide dans le hall d’entrée, Elibohme le regarda froidement.

 - Eh bien, lieutenant ? Où étiez-vous ? demanda-t-il railleur.

 - Seigneur, j’étais en chemin vers la base, lorsqu’on m’a prévenu qu’il y avait eu un problème.

 - Un problème ? ironisa Elibohme. Je me suis fait attaquer par ces gens que vous avez capturés. Ils se sont enfuis, emportant avec eux des connaissances précieuses sur ce palais et notre culte. Et vous appelez ça un simple… problème ?

 - Seigneur, on m’a prévenu que le cargo sur lequel ils ont essayé de fuir a été abattu par l’APC, informa Nétona.

 - Eh bien ! s’exclama Elibohme. Voici au moins une bonne nouvelle.

 - Malheureusement…, continua Nétona avec hésitation.

 - Oui ?

 - Les scanners ont signalé qu’il n’y avait personne à bord du cargo.

 - Quoi ? hurla Elibohme. Je les ai vu entrer dans ce cargo de mes propres yeux !

 - L’APC est formelle, Seigneur.