les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss, page 4

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss, page 4 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss - Page 4 sur 18

« Qui se ressemble s’assemble » répondit Ilane en soupirant.

Dans le palais, Palave et Lomélys étaient toujours cachés derrière les hautes colonnes de marbre dans la salle souterraine du culte. Ils observaient Elibohme qui remplissait un verre avec la fameuse liqueur hallucinogène, dont Djalhy avait fait les frais malgré lui.

« Il va falloir établir un plan » dit Palave. « Puisque Nadioska se propose de nous servir de chauffeur, nous devons coordonner nos actions avec elle. Quand pense-t-elle arriver ici ? »

 - Combien de temps nous faut-il pour atteindre le palais ? demanda Ilane à voix haute, relayant ainsi la question qu’avait posé Palave par l’intermédiaire du Nahal.

 - Environ une demi-heure, répondit Nadioska après avoir regardé les écrans de contrôle autour d’elle.

« Ce qui signifie que nous devons nous trouver dehors avec Djeid et Iridryss au plus tard dans une demi-heure » dit Palave.

Lomélys acquiesça d’un signe de tête.

« Approchons-nous discrètement » proposa-t-il. « La première chose à faire est de se débarrasser des gardes. Ça m’étonnerait que ce seigneur maniéré soit capable de se battre. En plus, il n’a aucune arme sur lui. »

« De toute façon, il ne doit pas s’attendre à une attaque au sein même de son fief. »

Palave et Lomélys entamèrent une progression lente et discrète afin de s’approcher de l’autel en se servant des colonnes pour se cacher. Pendant ce temps, Elibohme s’était accroupi à côté de Djeid, toujours inconscient. Il lui fit avaler quelques gouttes de la liqueur ambrée, et le regarda ensuite pendant plusieurs secondes d’un air particulièrement satisfait. Il se leva et alla déposer le verre vide sur l’autel.

 - Réveillez-le ! dit-il à l’attention d’un garde en pointant Djeid du doigt.

Le garde s’approcha de Djeid et lui décocha quelques violents coups de pieds dans les côtes. Devant cette scène, Palave et Lomélys se raidirent, ainsi que tous les sylians connectés au Nahal. Djeid se mit à gémir et le garde s’arrêta, estimant qu’il avait accompli la mission qu’on lui avait donnée.

Djeid ouvrit lentement les yeux. Il essaya de bouger, mais grimaça aussitôt de douleur en posant instinctivement une main sur ses côtes. Elibohme s’approcha de lui, un sourire menaçant sur le visage.

 - Bonjour et bienvenu dans mon humble palais, dit-il sur un ton faussement courtois. Puis-je savoir à qui j’ai l’honneur ?