les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss, page 5

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss, page 5 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 10 : Au secours de Djeid… et d’Iridryss - Page 5 sur 18

Djeid se releva suffisamment pour pouvoir s’asseoir. De nouveau, il grimaça et pressa une main sur ses côtes douloureuses. Il leva les yeux vers Elibohme qui se tenait devant lui et le regarda sans ciller.

 - Et moi ? Puis-je savoir à qui j’ai l’honneur ? demanda-t-il sur un ton de défi.

 - Ah, je vois, dit Elibohme en ricanant. Nous avons affaire à une forte tête !

 - Oui, c’est également ce que dit mon père ! Vous devriez le rencontrer, je suis sûr que vous pourriez avoir tous les deux une discussion à ce sujet !

Le sourire d’Elibohme s’effaça brusquement. Il se figea devant le sylian et le regarda de la tête aux pieds en plissant les yeux comme pour l’évaluer. Djeid profita de cette pause, pour réunir assez de concentration pour se connecter au Nahal. Il ne sentait pas au meilleur de sa forme, mais il fallait qu’il prévienne ses compatriotes.

« Nous sommes ici ! Nous allons t’aider » dit Palave en sentant l’esprit de Djeid émerger avec difficulté dans le Nahal.

Il enchaîna en lui faisant mentalement un bref résumé de la situation.

 - Je n’ai pas le temps de jouer avec vous ! reprit Elibohme d’une voix forte. Qui êtes-vous ?

 - Je n’ai pas l’intention de vous le dire, répondit Djeid d’un ton neutre.

 - Regardez derrière vous, dit Elibohme dont la voix était redevenue étrangement calme.

Djeid fronça les sourcils et se retourna lentement en continuant à se tenir les côtes.

 - Vous voyez cette bouteille ? demanda Elibohme.

Djeid regarda la bouteille et reconnut le liquide ambré qu’elle contenait.

 - C’est une drogue très puissante, continua Elibohme. Nous sommes les seuls à en fabriquer… et il se trouve que je vous en ai fait boire. Dans quelques minutes, vous allez tout me dire.

 - Je ne pense pas, répondit Djeid sans se départir de son calme.

 - Vraiment ? s’exclama Elibohme.

Djeid vit que les mains de l’homme commençaient à trembler sous une colère qu’il n’arrivait pas à contenir.

« Je crois qu’il a quelques petits problèmes ! » dit Djeid dans le Nahal. « Il n’a pas l’air d’être capable de contrôler ses émotions. »

« Il n’est pas le seul à avoir des problèmes » dit Ilane. « Ta situation n’est pas brillante. »