les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 11 : Un autre temps, page 1

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 11 : Un autre temps, page 1 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 11 : Un autre temps - Page 1 sur 23

Petit rappel : ce livre en ligne est protégé par les droits d'auteur et le Code de Propriété Intellectuelle. Un copyright a été déposé. Copier ces textes est strictement interdit et passible de poursuites. Si vous aimez ce livre en ligne, n'hésitez pas à le signaler sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons de cette page.

Chapitre XI : Un autre temps


Nadioska ouvrit les yeux. Elle était allongée dans un lit douillet et la pièce dans laquelle elle se trouvait était plongée dans la pénombre. Elle tourna la tête sur sa gauche, et malgré le faible éclairage, elle reconnut le fauteuil orange de sa chambre sur Syl. Indécise, elle vérifia qu’il y avait bien deux portes, celle qui menait à la salle de bain et celle qui donnait sur le couloir. Elle se trouvait bien sur Syl.

Que s’était-il passé hier ? Elle se souvenait de son atterrissage en catastrophe sur Ennoralck, elle se revoyait en train de se précipiter sur un garde qui tirait sur ses amis sylians. L’homme avait été plus rapide, il s’était tourné et avait tiré sur elle. Elle se souvenait avoir reçu le tir d’énergie en pleine poitrine, mais était incapable de se rappeler de la douleur qu’elle avait sûrement dû ressentir à ce moment-là. Ensuite, tout avait été noir et elle s’était réveillée là, dans sa chambre sur Syl.

Elle posa une main sur sa poitrine et constata qu’elle était nue sous les draps. Avec ses doigts, elle explora sa peau à la recherche d’une cicatrice ou d’une quelconque trace qu’aurait du laisser le tir du garde. Elle ne trouva rien et pendant un instant, elle crut qu’elle n’avait fait qu’un simple cauchemar. Pourtant, elle pouvait faire la différence entre un rêve et la réalité, et elle pouvait jurer qu’elle avait bien vécu les événements dont elle se souvenait. Soudain, elle réalisa que ses amis sylians étaient passés maîtres dans l’art de la guérison.

« C’est cela ! » pensa-t-elle. « Ils m’ont guérie et m’ont ramenée ici. »

Soulagée par cette idée, elle s’assit sur le lit. Elle avait l’intention d’aller prendre un bon bain chaud et de retrouver Djeid qui ne devait sûrement pas être très loin. Ensuite, avec un peu de chance, tous les deux pourraient peut-être passer la journée à visiter Syl.