les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 11 : Un autre temps, page 12

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 11 : Un autre temps, page 12 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 11 : Un autre temps - Page 12 sur 23

Quand elle rouvrit les yeux, ils ne se trouvaient plus dans la rue, mais dans une grande salle ronde aux murs sombres. Djeid quitta le centre du cercle et invita Nadioska à le suivre dans un couloir.

 - Nous allons faire un tour sur la passerelle, lui dit-il. Ce n’est pas très loin d’ici.

Nadioska le suivit tout en regardant autour d’elle avec curiosité. Les murs ressemblaient à du marbre de couleur anthracite. De fines rayures blanches, crèmes ou rosées, le parcouraient et formaient des dessins à la fois étranges et fascinants. Elle toucha l’un des murs du bout des doigts. Il était très doux, mais également tiède ce qui l’étonna au plus haut point.

 - Quel est ce matériau ? s’exclama-t-elle. Il dégage de la chaleur !

 - C’est de l’Orédane, répondit Djeid amusé. Nous l’utilisons pour nos vaisseaux, nos bases et parfois même nos maisons. Il n’a pas forcément cette couleur. En fait, nous lui donnons la couleur que nous voulons. Cette fois, nous avons opté pour cet anthracite marbré du plus bel effet. Qu’en dis-tu ?

Nadioska regarda tout autour d’elle d’un air sceptique.

 - Vous n’avez pas peur que ce soit un peu sombre et que les gens finissent par se lasser à la longue ?

 - Oh, ce n’est pas grave ! lança Djeid d’un air amusé. Dans ce cas, on changera la couleur !

 - Mais vous êtes en train de construire tout votre vaisseau avec cette couleur-là ! s’exclama la jeune femme. Vous n’allez quand même pas le démonter en plein voyage pour changer vos murs !

Djeid se mit brusquement à rire et sans répondre, il s’approcha d’un mur sur lequel il posa la main droite. De nouvelles rayures, d’un rose vif, firent leur apparition autour de sa main. Elles se propageaient rapidement et recouvrirent bientôt tout un pan, ne laissant plus une seule trace de l’ancienne couleur. Satisfait du résultat Djeid se tourna vers Nadioska, un grand sourire sur le visage.

 - Penses-tu que cette couleur est plus agréable ? demanda-t-il.

Nadioska regardait le mur bouche bée, les yeux écarquillés par l’étonnement.

 - Heu ! Je crois qu’il vaudrait mieux remettre l’autre couleur, finit-elle par dire au bout d’un moment.

Djeid posa de nouveau sa main sur le mur et en quelques secondes, le rose s’effaça pour faire de nouveau place à l’anthracite marbré. Toutefois, à la hauteur des yeux, il laissa quelques traces de rose vif, en prenant soin de créer un petit dessin qui se voyait à peine.