les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 11 : Un autre temps, page 18

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 11 : Un autre temps, page 18 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 11 : Un autre temps - Page 18 sur 23

 - Crois-tu au destin ? demanda-t-il.

 - Heu, je ne sais pas. Je ne me suis jamais posé la question, répondit Nadioska étonnée encore une fois par cet étrange changement de sujet.

 - Ne trouves-tu pas agaçant de penser que tu as un destin inscrit quelque part et que quoi que tu fasses, tu suivras ce destin jusqu’au bout ?

 - Heu, je ne sais pas, dit-elle sans comprendre. De quoi parles-tu exactement ?

 - C’est comme un chemin qui mène quelque part et où tu n’as aucune échappatoire, continua-t-il les yeux dans le vague. Pas de carrefour, pas de possibilité de quitter le chemin. Tu le suis un point c’est tout, sans savoir où cela va te mener, mais en sachant que de toute façon, tu n’as pas le choix.

 - Tu peux toujours choisir, non ? demanda-t-elle avec hésitation, ne comprenant vraiment pas le but de cette conversation.

 - C’est ce que tu crois, s’exclama-t-il. Mais même lorsque nous savons à l’avance quels évènements vont arriver, jamais nous n’avons réussi à les modifier. Chaque décision que nous prenons pour éviter cet évènement est un pas de plus vers sa réalisation.

 - Mais, je ne comprends pas ! s’exclama Nadioska. Puisque vous connaissez à l’avance certaines choses, vous devez normalement savoir comment les éviter !

 - Non ! affirma Djeid. Car nous connaissons l’évènement final, pas ce qui le cause. Je vais te raconter une vieille légende qui illustre très bien le problème. Il y a très longtemps, on a prédit à un homme qu’il allait mourir le lendemain dans un accident. L’homme devait partir en voyage et pour éviter de périr dans cet accident, il a pris la décision d’annuler son voyage et de rester chez lui, bien à l’abri. Mais le lendemain, un tremblement de terre eut lieu dans sa région et l’homme mourut enseveli dans les décombres de sa maison. S’il était parti en voyage, il ne serait pas mort.

Nadioska réfléchit pendant quelques instants.

 - Évidemment ! Vu sous cet angle ! dit-elle pensive. Et dis-moi, si personne n’avait dit à l’homme qu’il allait mourir, il serait parti en voyage. Donc, ça veut dire qu’il ne serait pas mort dans l’accident. La prédiction qu’on a faite à cet homme faisait partie de l’accomplissement de son destin. Cette prédiction a joué un rôle dans le déroulement des évènements.

 - Troublant, non ? répondit Djeid avec un sourire énigmatique.