les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 11 : Un autre temps, page 22

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 11 : Un autre temps, page 22 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 11 : Un autre temps - Page 22 sur 23

« Que tous ceux qui peuvent se téléporter fuient immédiatement ! » ordonna-t-il à ses concitoyens.

« C’est hors de question, Djeid ! Nous n’allons pas abandonner nos enfants ici » répliqua quelqu’un.

« Utilisez les téléporteurs mécaniques pour eux ! » insista Djeid.

« Il n’y en a pas assez ! » cria quelqu’un d’autre.

« Fuyez ! » hurla-t-il dans le Nahal.

« Et toi ? Que vas-tu faire ? Tu vas te téléporter et laisser Nadioska ici ? » lui demanda un troisième sylian.

Djeid ferma les yeux.

« Non » finit-t-il par dire au bout d’un moment. « C’est hors de question. Je ne partirai pas sans elle. »

« Personne ne partira en laissant un être aimé derrière lui » dit Dvalime d’une voix douce et résignée.

« Alors, c’est la fin de notre civilisation » dit Djeid en refusant de rouvrir les yeux. « Nous ne pouvons rien faire contre ces destroyers et ces chasseurs. »

Adossé contre un mur, il se laissa lentement glisser et s’assit par terre en se prenant la tête entre les mains. Nadioska le regarda l’air effaré.

 - Que fais-tu ? cria-t-elle.

 - Rien, murmura-t-il. On ne peut rien faire.

Elle s’accroupit à côté de lui et lui prit le bras pour le secouer avec énergie.

 - Fais quelque chose ! rugit-elle. Ne reste pas assis là sans rien faire ! Bats-toi ! Battez-vous ! Réagissez ! Vous ne pouvez pas baisser les bras si facilement !

 - Nous n’avons aucune arme, murmura Djeid. Nous allons tous mourir.

 - NON ! hurla-t-elle si fort que Djeid en grimaça.

Tout autour d’eux, les tirs continuaient. De l’autre côté de la rue, Nadioska vit une petite fille qui ne devait avoir que cinq ans. Elle et sa mère s’étaient réfugiées sous un autre porche. La petite fille regardait Nadioska, les yeux pleins de terreur, tandis que sa mère sanglotait en tenant sa fille tout contre elle.

Nadioska eut une pensée furtive pour Liije. Où était-il en ce moment ? Avait-il trouvé un abri ? Pourvu qu’il ne soit pas… Elle sentit une bouffée de désespoir lui enserrer brusquement la gorge, tandis que ses yeux se remplissaient de larmes.

« Non, ce n’est pas possible ! » pensa-t-elle en regardant autour d’elle. « Ce n’est pas possible. Je ne veux pas ! »