les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 12 : Résurrection, page 1

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 12 : Résurrection, page 1 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 12 : Résurrection - Page 1 sur 17

Petit rappel : ce livre en ligne est protégé par les droits d'auteur et le Code de Propriété Intellectuelle. Un copyright a été déposé. Copier ces textes est strictement interdit et passible de poursuites. Si vous aimez ce livre en ligne, n'hésitez pas à le signaler sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons de cette page.

Chapitre XII : Résurrection


Nadioska ne se sentait pas bien du tout. Ses poumons brûlaient à chaque fois qu’elle respirait, tout son corps était engourdi, et inconsciemment, elle refusait d’ouvrir les yeux pour regarder autour d’elle.

Comment pouvait-elle être encore vivante ? C’était impensable ! Les yeux fermés, elle réfléchit. Comme c’était étrange, elle ne sentait plus l’odeur de poussière et de sang qui l’avait submergée quand le tir du destroyer avait frappé l’immeuble. Tout était si calme, il n’y avait plus aucun bruit. Et puis, elle était allongée sur quelque chose de plat, pas sur les débris qui l’entouraient de toute part un moment plus tôt. Elle n’arrivait pas à comprendre, mais peut-être était-elle morte après tout, peut-être était-ce cela le paradis ?

Un bruit se fit entendre et sans ouvrir les yeux, elle sut qu’une porte-sas venait de s’ouvrir. Ce bruit était si familier qu’elle pouvait sans problème le reconnaître aussitôt. Elle se trouvait donc dans un endroit où il y avait une porte-sas. Le paradis en était-il équipé ?

Des pas s’approchèrent. Toujours les yeux fermés, elle les écouta avec attention. Il y avait quelque chose d’étrange dans ces pas, et après analyse, elle conclut que les personnes qui marchaient prenaient soin de ne pas faire trop de bruit. Oui, c’est cela. Il y avait bien plusieurs personnes et elles essayaient de rester discrètes.

Elle sentit une main se poser sur son front. Elle était douce, chaude, et avait quelque chose de très familier. Toute son attention était maintenant portée sur cette main posée sur son front et petit à petit une idée germa dans son esprit.

 - Djeid, murmura-t-elle.

 - Oui, c’est moi, répondit une voix près de son oreille. Comment vas-tu ?