les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 12 : Résurrection, page 13

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 12 : Résurrection, page 13 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 12 : Résurrection - Page 13 sur 17

Djeid la prit dans ses bras et caressa tendrement ses cheveux.

 - Vous n’y êtes pour rien mon enfant, dit Dvalime. Vous avez probablement été droguée. L’Ordre possède beaucoup de technologies visant à contrôler les gens. Vous n’êtes qu’une victime. Nous ne pouvons pas vous reprocher quoi que ce soit.

Ces paroles ne réconfortèrent pas Nadioska qui continuait à se sentir coupable.

 - Djeid, reprit Dvalime. Ramène Nadioska dans sa chambre. Elle a besoin de repos. Une bonne nuit de sommeil est souvent le meilleur moyen pour avoir ensuite les idées plus claires.

Djeid approuva d’un signe de tête et aida Nadioska à se mettre debout. Tout en les regardant partir, Dvalime prit la parole dans le Nahal.

« Chers amis, nous devons réfléchir. Ce que nous venons d’apprendre n’augure rien de bon pour notre avenir. L’Ordre est à présent au courant de notre existence, et même s’ils ne possèdent pas les coordonnées de Syl, je suis persuadé qu’il ne s’agit que d’une question de temps avant de les voir débarquer ici. »

« Alors, vous croyez que Nadioska a vu l’avenir ? » demanda quelqu’un.

« Il ne s’agit pas de cela. » répondit Dvalime. « Il s’agit simplement de logique. L’Ordre sait que nous sommes quelque part dans la galaxie et ils ont les moyens technologiques de nous débusquer. Terminez ce raisonnement vous-même et je suis sûr que vous en viendrez aux mêmes conclusions que moi. »

Un silence pesant s’établit dans le Nahal et un sentiment de peur diffuse fit son apparition en s’infiltrant dans les esprits de tous les sylians connectés.

« Il nous faut prendre une décision, » reprit Dvalime en brisant le silence d’une voix plus autoritaire qu’à l’accoutumée. « Je propose de finir au plus vite la construction du Vak’Niel afin de quitter cette galaxie. »

« Vous suggérez la fuite ? » s’exclama un sylian.

« Oui. » répondit Dvalime. « Avez-vous une autre suggestion ? »

Le sylian ne répondit pas et de nouveau un malaise envahit le Nahal.

« Nous ne faisons pas partie de la Confédération. » dit Dvalime. « Nous nous sommes toujours tenus à l’écart. À présent, deux choix principaux s’offrent à nous : soit nous intervenons pour aider la Confédération à se débarrasser de l’Ordre Nouveau, et cela signifie prendre les armes, ou bien alors, nous les laissons se débrouiller seuls et nous partons loin d’ici pour nous mettre à l’abri. Vous connaissez déjà mon point de vue. À présent, je lance un vote. »