les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 12 : Résurrection, page 2

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 12 : Résurrection, page 2 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 12 : Résurrection - Page 2 sur 17

Cette fois, elle se força à ouvrir les yeux. Elle était dans une pièce entièrement blanche à la lumière crue ce qui provoqua chez elle un début de migraine. Elle était allongée sur une sorte de table d’opération transparente. Autour d’elle, plusieurs tables semblables se trouvaient dans la pièce, mais aucune autre n’était occupée.

 - Peux-tu te lever et marcher ? demanda Djeid.

Pour toute réponse, elle se releva sur ses coudes pour évaluer sa capacité à bouger, puis voyant qu’elle pouvait continuer, elle alla jusqu’à s’asseoir sur le bord de la table. Ce n’était qu’un faible effort, mais elle sentit sa tête tourner et ses poumons brûler de plus belle. Elle grimaça et ferma les yeux pendant un instant.

 - Prends ton temps, dit Djeid. Je préférerais que tu marches seule pour sortir d’ici, ça facilitera notre évasion.

 - Où sommes-nous ? demanda Nadioska.

 - Sur la base de l’Ordre Nouveau.

 - Comment nous sommes-nous retrouvés là ? Ont-ils capturé beaucoup de sylians ?

 - De quoi parles-tu ? Ils t’ont récupérée quand tu es… tombée sur Ennoralck, dit Djeid d’une voix cassée.

 - Quoi ? s’exclama-t-elle en rouvrant les yeux.

C’est alors qu’elle se rendit compte que Djeid portait un uniforme de l’Ordre Nouveau et qu’il n’était pas seul : Iridryss se tenait juste derrière lui, et portait un accoutrement semblable.

 - Je ne comprends plus rien, dit Nadioska. Et l’attaque de Syl ?

 - Quelle attaque ? Syl n’a jamais été attaquée par qui que ce soit. Personne à part nous ne connaît sa localisation.

 - Mais je l’ai vu ! insista Nadioska. J’étais là. J’ai pu me connecter au Nahal et je sentais les gens mourir.

 - Nade, dit Djeid avec une voix douce. Tu as du faire un rêve étrange pendant que tu étais dans la cuve. On ne sait pas encore les effets que ça a pu avoir sur toi. Tu étais… morte, tu sais.

 - Je sais, tu me l’as déjà dit. Tu m’as dit que tu m’avais récupérée dans la base de l’Ordre avec l’aide d’un fantôme sylian qui s’appelle… heu… Fallène je crois.

Djeid et Iridryss se regardèrent consternés et dans un brusque éclair de compréhension, Nadioska réalisa ce qui était en train de se passer.

 - Oh, dit-elle. Je vois ! Je viens de sortir de la cuve et vous êtes là pour me faire sortir. Je suis en train de vivre ce que tu m’as décrit.

Djeid ne comprenait rien, mais il savait très bien que Nadioska était incapable d’inventer le nom d’un sylian qu’elle ne connaissait pas. La cuve avait des effets secondaires, c’était certain, mais il décida de ne pas approfondir la chose pour le moment, le plus important était de partir d’ici.