les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 12 : Résurrection, page 5

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 12 : Résurrection, page 5 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 12 : Résurrection - Page 5 sur 17

 - Je sais, répondit-elle avec une pointe d’agacement. Mais je pensais que vous aviez établi un point de rendez-vous avec un autre vaisseau.

 - Nous avions très peu de temps pour mettre au point un plan quelconque, expliqua Djeid en détachant les mots comme s’il parlait avec un tout jeune enfant. Nous avons fait de notre mieux avec…

 - Mais c’est de la folie, explosa Nadioska en se levant d’un bond sous les regards ahuris de Djeid, d’Iridryss et de Fallène qui venait juste de les rejoindre.

 - S’il te plait, calme-toi, dit Djeid en la prenant par le bras pour l’obliger à se rasseoir.

Mais Nadioska se dégagea et se mit à faire les cent pas dans les quelques mètres d’espace libre qui existait entre les deux rangées de sièges blancs situés les uns en face des autres.

 - Pourtant, vous êtes intelligents, reprit-elle agacée. Il a bien du vous venir à l’esprit que l’Ordre possédait le moyen d’interroger l’ordinateur d’une navette à distance.

 - Vraiment ? s’étonna Djeid. Ils peuvent faire ça ?

 - Je n’en sais rien, répondit-elle sèchement. Normalement, non. Mais vous ne savez pas la moitié de ce qu’ils sont capables de faire… et en allant directement sur Syl, vous leur avez peut-être fourni vous-même les coordonnées de votre planète.

Les trois sylians se regardèrent avec étonnement, en se posant des questions sur l’intégrité mentale de la jeune confédérée.

« Il s’agit probablement du contrecoup dû à sa mort » proposa quelqu’un dans le Nahal. « Après tout, on ne sait pas exactement ce que l’Ordre lui a fait. »

 - Nade, reprit Djeid doucement. Pourquoi veux-tu que l’Ordre débarque sur Syl ?

 - Parce que je l’ai vu !

 - Tu as probablement rêvé pendant que tu étais dans cette cuve. Nous ne savons toujours pas comment elle fonctionne, cela a du…

 - Je n’ai pas rêvé ! Je l’ai vécu ! insista-t-elle en faisant de grands gestes. J’ai senti les gens souffrir et mourir !

Elle se tamponna les tempes avec les doigts avant de continuer d’une voix presque hystérique.

 - Je les sentais ! J’étais connectée à votre Nahal ! C’était vrai ! J’ai vu les bâtiments s’effondrer sous les tirs des destroyers en orbite ! J’ai vu votre Vak’Niel exploser dans le ciel !