les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 12 : Résurrection, page 8

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 12 : Résurrection, page 8 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 12 : Résurrection - Page 8 sur 17

 - J’étais avec Ilane dans le cockpit de mon cargo, commença-t-elle. Nous foncions vers le palais d’Ennoralck pour secourir Djeid… et Iridryss. Nous avons fait un atterrissage un peu rude et nous nous sommes précipités pour aider les deux fantômes infiltrés. Ilane s’est attaqué à un des gardes, mais l’autre s’est tourné vers moi et m’a tirée dessus.

Elle marqua une pause pour réfléchir.

 - Je crois que je n’ai même pas ressenti de douleur. Tout s’est simplement arrêté.

Pendant quelques instants, elle laissa errer ses pensées, puis remarquant que les sylians autour d’elle attendaient patiemment en silence, elle reprit :

 - Quand j’ai rouvert les yeux, j’étais sur Syl.

Les sylians se regardèrent indécis.

 - J’étais dans ma chambre, enfin je veux dire dans la chambre que vous m’aviez laissée et… et puis…

Elle hésita, mais se souvint que Dvalime lui avait demandé le plus de détails possible.

 - Et Djeid dormait à côté de moi.

Djeid haussa un sourcil et émit un léger sourire, mais ne fit aucun commentaire.

 - Je me suis levée et… il m’a dit que cela faisait six mois que j’étais sur Syl.

De nouveau, les sylians se regardèrent en silence et Nadioska devina qu’ils devaient sûrement communiquer entre eux.

 - Je ne me souvenais de rien, alors il m’a expliqué comment lui, Iridryss et Fallène m’avaient fait sortir de la base de l’Ordre… et puis, il m’a parlé de différentes choses, comme du Vak’Niel que nous avons visité tous les deux, de son symbole parmi les fantômes et puis de sa mère aussi. Nathac était venu pour m’examiner, car, personne ne comprenait pourquoi je ne me souvenais pas de ces six derniers mois. Mais il n’a rien trouvé et m’a dit que j’allais très bien et qu’il ne comprenait pas ce qu’il m’arrivait.

Elle fit une nouvelle pause pour rassembler tous ses souvenirs.

 - Ah, oui, s’exclama-t-elle au bout d’un moment. Je me souviens que Djeid m’a dit que l’Ordre avait perpétré un nouvel attentat juste une semaine après mon évasion. Ils ont attaqué Kerm.

Cette fois, certains sylians murmurèrent quelques mots, mais Nadioska ne les comprit pas. Ils devaient parler dans leur langue natale. Dvalime fit un léger signe de la main pour demander le silence et encouragea Nadioska à continuer.