les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 13 : Un nouveau départ (page 1)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 13 : Un nouveau départ, page 1 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 13 : Un nouveau départ - Page 1 sur 19

Petit rappel : ce livre en ligne est protégé par les droits d'auteur et le Code de Propriété Intellectuelle. Un copyright a été déposé. Copier ces textes est strictement interdit et passible de poursuites. Si vous aimez ce livre en ligne, n'hésitez pas à le signaler sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons de cette page.

Chapitre XIII : Un nouveau départ


Juste une semaine après le retour à la vie de Nadioska et tout comme elle l’avait prédit, l’attentat de Kerm eut bien lieu. Le gouvernement de la Confédération en fut profondément choqué et de nombreuses déclarations furent faites, même si personne ne savait, ni pourquoi cet attentat avait été perpétré, ni par qui.

Un sénateur, probablement mal informé, avait avancé l’hypothèse qu’une obscure organisation de Petits Marchands extrémistes s’était formée, et frappait les Gros Conglomérats dans le but de leur faire perdre leur main mise sur les transactions marchandes. Quelques Petits Marchands avaient réagi avec véhémence à cette accusation, et faute de preuve, l’accusateur avait été obligé de se rétracter et de fournir des excuses publiques.

D’autres personnes, tout aussi affabulatrices que le sénateur, avaient émis la supposition qu’à l’intérieur même des Gros Conglomérats, une guerre sanglante était en train de se mener, défiant par la même le pouvoir en place et la police, tous deux incapables de faire respecter l’ordre.

La seule chose qui était certaine, c’est que personne ne soupçonnait l’existence d’une organisation externe aux Marchands, et qui visait dans un premier temps à prendre le pouvoir des Gros Conglomérats. Seuls les sylians, qui se contentaient d’observer les événements de loin, savaient ce qu’il se tramait en réalité.

« Pourrions-nous, au moins, prévenir discrètement les dirigeants de la Confédération de ce qu’il se passe dans leur dos ? » avait un jour demandé Djeid par l’intermédiaire du Nahal.

« Nous avons pris la décision de partir. La Confédération doit se débrouiller seule » avait répondu un sylian.