les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 13 : Un nouveau départ, page 17

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 13 : Un nouveau départ, page 17 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 13 : Un nouveau départ - Page 17 sur 19

 - En fait, c’était dans ma… vision, si je peux l’appeler comme ça.

 - Ah ! Je vois ! dit-il encore plus perturbé. Oui, heu, en tout cas c’est exact. Nous n’avons jamais réussi à modifier un évènement que nous avions prévu.

 - Mais actuellement, vous êtes en train d’essayer de le modifier, reprit-elle.

 - Eh bien, dit Djeid mal à l’aise, c’est toi qui a fait la prédiction. Pas nous. Et toi, tu es… la Céliane.

 - J’ai l’impression qu’elle peut faire beaucoup de choses cette Céliane ! dit Nadioska d’un air narquois. Un de ces jours il faudra que vous me disiez exactement ce que vous attendez de moi.

Les sylians autour de la table se regardèrent en souriant.

 - Chaque chose en son temps, dit Djeid.

Au-dessus de leur tête, plusieurs flashes de lumière apparurent brusquement sur le ciel étoilé. De façon instinctive, tous les sylians assis sous le dôme de verre levèrent les yeux. Nadioska sentit soudain son cœur s’arrêter de battre et sa gorge se serra au point qu’elle eut presque envie de vomir. Les images de la destruction de Syl lui revinrent en mémoire avec tellement de netteté, qu’elle sentit ses yeux se remplir de larmes.

 - Dépêchez-vous, murmura-t-elle en se crispant sur son siège.

Djeid posa une main sur la sienne.

 - Ne t’inquiète pas, nous partons, dit-il.

Comme pour ponctuer sa phrase, une légère vibration parcourut tout le vaisseau. Elle était à peine perceptible, mais Nadioska la sentait raisonner dans tout son corps, et pendant un moment, elle ne sut pas dire si la vibration venait du vaisseau ou si c’était elle qui s’était mise à trembler.

La lumière spectrale qui régnait sous le dôme devint progressivement plus verte et la vibration se fit un peu plus forte. Nadioska, les yeux rivés sur le ciel étoilé, voyait arriver les sombres formes des destroyers de l’Ordre. Il lui sembla que chaque seconde durait une éternité et soudain, la dernière image du rêve qu’elle venait de faire lui revint en mémoire. « On vous attend en bas », disait la femme. Mais au-dehors, il n’y avait que des vagues déchaînées. Il y avait un message là-dedans, mais quel était-il ?

Des tirs d’énergie partirent des destroyers et fusèrent vers le Vak’Niel. Nadioska se crispa encore plus sur son siège et ferma les yeux, refusant de voir les tirs percuter le vaisseau-cité. Elle refusait de voir cela, elle ne voulait pas que ça arrive. Non, cela n’arriverait pas ! De nouveau, elle sentit son cœur s’arrêter de battre et pendant un instant, toute sa volonté se fixa sur les tirs de l’Ordre.