les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 13 : Un nouveau départ (page 5)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 13 : Un nouveau départ, page 5 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 13 : Un nouveau départ - Page 5 sur 19

Djeid avait jeté un coup d’œil machinal dans le ciel en direction du vaisseau-cité.

 - Finir la coque ainsi que les structures principales est notre priorité. Pour le reste, on verra en chemin. Le principal, c’est que nous puissions tous y aller et que les systèmes vitaux fonctionnent.

 - Alors, vous n’êtes pas sûrs d’être prêts ? avait-elle insisté.

Il s’était contenté de hausser les épaules, mais Nadioska le connaissait maintenant assez bien pour deviner elle-même la réponse.

Lorsqu’elle croisait des sylians dans les rues, la plupart du temps elle préférait baisser les yeux. Elle se sentait si coupable de la situation dans laquelle ils se trouvaient maintenant, qu’elle n’avait pas le courage de les regarder en face. Lorsque malgré tout, il lui arrivait de croiser leur regard, elle s’étonnait à chaque fois de ne pas voir dans leurs yeux de la rancœur comme elle s’y attendait, mais plutôt de la compassion et de la douceur.

Un soir, alors qu’elle dînait au palais du Conseiller avec Djeid, Liije et Dvalime, elle aborda ce sujet afin d’en avoir le cœur net.

 - Comment vos compatriotes sylians abordent-ils le problème de l’attaque de l’Ordre ? demanda-t-elle entre deux plats. Ne m’en veulent-ils pas trop d’être responsable de tout cela ?

 - Responsable ? s’étonna Dvalime. En quoi êtes-vous responsable ?

 - J’ai donné beaucoup d’informations à l’Ordre à votre sujet, et je…

 - Mon enfant, coupa Dvalime. Vous n’êtes responsable en rien des agissements de l’Ordre. Ce n’est pas vous qui les avez poussés à perpétrer ces attentats et ce n’est pas vous non plus qui souhaitez renverser le pouvoir dans la Confédération.

 - Oui, mais…

 - L’Ordre vous a manipulée et vous a probablement droguée pour obtenir certaines informations. En aucun cas, nous ne vous tenons responsable de cela.

 - Mais si l’Ordre vous attaque !

 - Eh bien, nous ne pouvons que vous remercier d’être de notre côté.

 - Comment ? Mais…

 - Grâce à vous, nous pourrons probablement nous enfuir avant que l’Ordre n’attaque. Alors que si vous ne nous aviez pas prévenus, notre civilisation tout entière aurait tout simplement disparu dans quelques mois et cela dans l’indifférence générale.