les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 13 : Un nouveau départ, page 8

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 13 : Un nouveau départ, page 8 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 13 : Un nouveau départ - Page 8 sur 19

 - Pourquoi tu n’essayes pas de te connecter au Nahal ? demanda Liije. Tu pourrais y apprendre plein de choses !

 - Ça fait trois mois que j’essaye tous les jours, soupira Nadioska. Et je n’ai réussi qu’une malheureuse incursion de quelques secondes.

 - Continue d’essayer ! Tu vas y arriver. C’est prévu comme ça de toute façon, affirma Liije comme si c’était une totale évidence.

 - Oui, je sais, bougonna-t-elle en haussant les épaules. Je suis la Céliane !

Nadioska ferma les yeux et tenta de vider son esprit, mais comme d’habitude, une multitude de questions et d’images l’assaillirent. Au centre de ses pensées, il y avait le Vak’Niel et l’inquiétude qu’elle percevait quasiment en permanence chez ses amis sylians.

Elle laissa ses pensées dériver et comme dans un rêve éveillé, l’image du Vak’Niel lui apparut mentalement. Elle se laissa porter par une sorte de courant invisible qui l’amena sous le dôme principal du vaisseau. Là, elle regarda autour d’elle et vit une multitude de silhouettes sombres et floues qui allaient et venaient sans cesse dans une étrange frénésie. La lumière spectrale qui régnait sous le dôme sembla changer légèrement et Nadioska leva machinalement la tête.

Une déchirure dans l’espace était en train de s’agrandir et au-delà, elle pouvait voir un ciel bleu gris et une mer étrange qui bouillonnaient d’une vie propre. Elle s’envola mentalement et s’engouffra dans la déchirure à la découverte de ce monde étrange. Tout autour d’elle, la lumière était claire et les sons se propageaient de façon étrange, comme si tout était amplifié à l’extrême. Elle entendit des gens murmurer, mais sans voir personne.

« Elle est présente. »

« Vous êtes enfin parmi nous. »

« Bienvenue dans le Nahal, Nadioska. »

Une étrange force la tira vers le bas, et elle se sentit revenir à bord du Vak’Niel. Les formes sombres et floues étaient là. Elles marchaient, travaillaient, réfléchissaient en remplissant presque tout l’espace du vaisseau. Nadioska sentit des vagues d’inquiétudes émaner des formes.

« C’est étrange » murmura l’une d’elles. « Vous êtes avec nous sans vraiment l’être. Comment faites-vous cela ? Nous vous percevons à peine. »

« Je ne vous perçois pas vraiment non plus » répondit mentalement Nadioska sans vraiment savoir si elle imaginait tout cela ou bien s’il y avait quelque chose de réel derrière ces visions.