les mondes de Vlana

Livre-jeu Zylaria - livre 1 : Prologue, page 18

Accueil > Lecture en ligne > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : Prologue, page 18

** Actuellement, vous n'êtes pas connecté à votre compte. **

Prologue : Un début de carrière mouvementé pour Gaval Seneg

Gaval avait compris qu'il allait devoir se battre pour sa vie. De façon quasi inconsciente, il dégaina son blaster et tira sur l'agent au moment où celui-ci faisait de même.

Malgré sa surprise, il réagit si rapidement qu'il réussit à gagner quelques millièmes de seconde sur son adversaire. Bien que cela soit insignifiant, ce temps gagné permit à son tir de partir en premier.

Il atteint l'homme à la poitrine au moment où celui-ci allait tirer à son tour. Bien que le blaster soit réglé sur sa puissance minimum, le choc propulsa l'agent en arrière. Ce dernier tomba sur le sol en lâchant son arme. Le tir avait brulé son uniforme et atteint sa chair en générant une forte douleur. Tout en grimaçant, il releva lentement les yeux vers Gaval.

- Tu viens de commettre une grave erreur, dit-il d'un ton étrangement froid malgré le fait qu'il soit blessé. Au lieu de nous combattre, tu ferais mieux de nous rejoindre.

- De vous rejoindre ? s'étonna Gaval. De rejoindre qui exactement ?

L'homme eut alors un étrange rictus, mais ne répondit rien.

Gaval a gagné un bonus : +1 en dextérité.

Dans le couloir, de nombreux bruits de pas se faisaient maintenant entendre. Le sas s'ouvrit sur trois agents arborant les brassards rouges de la sécurité interne. Voyant Gaval tenir quelqu'un en joue, ils saisirent tous les trois leur blaster et l'un d'entre eux cria :

- Lâche ton arme !

Gaval n'eut pas d'autres choix que de s'exécuter. Il posa délicatement son blaster sur le sol avant de lever les bras en l'air.

- C'est moi qui vous ai appelé ! dit-il. Et cet homme, c'est le meurtrier du capitaine Tindard.

- C'est ce qu'on verra, répondit l'agent en sortant des menottes électromagnétiques pour les mettre autour des poignets de Gaval et de l'homme à terre qu'il releva sans ménagement.

Continuer à lire