les mondes de Vlana

Livre-jeu Zylaria - livre 1 : Prologue, page 3

Accueil > Lecture en ligne > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : Prologue, page 3

** Actuellement, vous n'êtes pas connecté à votre compte. **

Prologue : Un début de carrière mouvementé pour Gaval Seneg

Gaval avait appris au cours de sa formation qu'un agent de l'APC bien informé était beaucoup plus efficace dans son travail. Comme il avait l'intention de grimper rapidement les échelons de la hiérarchie, autant mettre dès à présent tous les atouts de son côté.

Grâce à son orcom, il se connecta au RIC qu'il mit en mode audio-vidéo. Un écran apparut sur le rectangle noir de son orcom et commença à diffuser les images qui illustraient le son qu'il recevait dans son oreillette.

Comme d'habitude, cela concernait avant tout la situation politique au sein de la Confédération. Un sénateur accusait le Grand Chancelier de faiblesse dans la lutte contre la Confrérie des Pirates. Un autre se plaignait du taux des taxes imposé par le gouvernement central, expliquant que cela entravait gravement le développement économique de sa planète. Un autre encore fustigeait l'APC en disant qu'à cause de leur lenteur bureaucratique, le taux de criminalité avait grimpé en flèche sur une des capitales planétaires.

Malgré tout au bout d'un certain temps, une information particulière attira l'attention de Gaval. Le dirigeant du Conglomérat de Sebfo ainsi que celui du Conglomérat de Rengel avaient brusquement été démis de leur fonction et remplacé au pied levé par deux autres personnes quasiment inconnues au sein de leur Conglomérat. Aucune explication n'avait été apportée quant à la raison de ces remplacements.

Étonné, Gaval fronça machinalement les sourcils.

Le terme Gros Conglomérats servait à désigner les plus gros clans de la Guilde des Marchands. Ils récupéraient les contrats les plus juteux, bataillaient entre eux pour obtenir les accords les plus lucratifs en ne laissant derrière eux que des miettes sur lesquelles vivait une myriade de Petits Marchands. Chacune de ces sociétés était si riche et si puissante qu'elle possédait littéralement une planète entière qui leur servait de quartier général en abritant une milice privée aussi efficace et bien équipée que l'APC elle-même.

Un gargouillis au niveau de son estomac tira brusquement Gaval de sa réflexion ; il n'avait pas encore mangé et une petite faim commençait à se faire sentir.

Gaval ne pouvait pas se permettre d'avoir le ventre qui réclame pendant son entretien. Mieux valait se rendre au réfectoire de la garnison pour grignoter quelque chose sur le pouce.

Continuer