les mondes de Vlana

Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 1, page 12

Accueil > Lecture en ligne > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 1, page 12

** Actuellement, vous n'êtes pas connecté à votre compte. **

Toute première mission pour Gaval Seneg

Gaval se leva donc avec pas mal d'avance le lendemain matin, histoire de ne pas être en retard à son rendez-vous.

Il fit sa toilette et sortit de sa chambre en prenant son paquetage avec lui. Il avait l'intention d'aller manger, puis de filer directement vers le hangar.

Un peu nerveux, il se contenta d'un simple café et d'un fruit, son estomac refusant d'assimiler plus d'aliments. Les questions se bousculaient dans sa tête, d'autant plus que sa mission non officielle le mettait mal à l'aise. Après avoir terminé son petit-déjeuner frugal, il quitta le réfectoire pour se diriger vers le hangar NE-42.

Les hangars de cette base de l'APC étaient d'immenses espaces dont le plafond culminait à presque soixante mètres. Les navettes se trouvaient rangées bien sagement les unes à côté des autres de part et d'autre de plusieurs grands couloirs servant à l'atterrissage et au décollage. Le fond du hangar complètement ouvert sur l'espace possédait un simple bouclier énergétique quasi transparent protégeant la station du vide spatial.

Gaval pénétra dans le hangar NE-42 par un sas au moins quatre fois plus grand qu'une simple porte classique. Ces sas étaient laissés ouverts presque en permanence pour permettre aux manutentionnaires de charger et décharger les navettes plus rapidement. Comme il était encore très tôt dans la matinée, l'activité n'avait pas encore atteint son pic et l'endroit était plutôt calme.

Gaval repéra rapidement la seule navette du hangar où plusieurs personnes s'agitaient. Il s'en approcha et nota la présence d'un homme qui lui tournait le dos et qui semblait superviser les opérations de préparation de la navette.

- Sergent Fourque ? demanda Gaval lorsqu'il fut près de l'homme.

Le sergent se retourna. Il devait avoir la quarantaine ; des cheveux courts et une mâchoire carrée lui donnaient un air particulièrement sévère. Il regarda le jeune cadet de la tête aux pieds avec un air mécontent peint sur le visage.

- Alors c'est vous qu'on m'a filé dans les pattes ? grogna-t-il.

- Le capitaine Hérol m'a demandé de..., commença Gaval.

- Je me fiche de ce que votre capitaine vous a demandé, coupa Fourque. Cette mission n'a pas besoin d'une bleusaille. J'ai l'habitude de bosser avec mes hommes et ils connaissent parfaitement bien leur travail. Alors je vous conseille de faire profil bas et de ne pas nous mettre des bâtons dans les roues.

Gaval se raidit quelque peu. Sa première mission n'allait pas se révéler très agréable à effectuer dans ces conditions. Un peu énervé par l'attitude du sergent, il hésitait entre répliquer qu'il était tout à fait capable ou bien se taire pour éviter d'envenimer les relations avec le sergent Fourque.