les mondes de Vlana

Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 12

Livres dont vous êtes le héros > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 12

Enquête sur Sladi par Gaval Seneg

Gaval s'approcha de l'homme corpulent qui, entre deux inspections de plats, donnait des ordres bruyants à la volée. En le voyant se diriger vers lui, l'homme se planta devant Gaval avec un air de défi sur le visage.

 - Vous êtes qui, vous ? aboya-t-il. Et qu'est-ce que vous faites dans mes cuisines ?

 - Je suis un agent de l'APC, répondit Gaval calmement. Je suis là pour...

 - Je vois bien que vous êtes un agent de l'APC, répondit l'autre. Qu'est-ce que vous croyez ? Que je ne sors jamais de mes cuisines ? Que je n'ai jamais vu un uniforme de l'APC de ma vie ?

 - Non monsieur, ce n'était pas mon intention, répliqua Gaval en conservant son calme, je souhaitais juste me présenter pour vous poser des questions.

 - Des questions ? fit le chef dont le ton était maintenant devenu suspicieux.

 - Je suis là pour enquêter sur les menaces faites sur la personne de Reixa Nang, mais également pour vérifier que sa sécurité est bien assurée. Je vous prierais donc de bien vouloir répondre à quelques-unes de mes questions.

Le chef se renfrogna, mais n'émit aucune protestation. Au lieu de cela, il conduisit l'agent vers un endroit plus calme des cuisines.

 - Que voulez-vous savoir ? bougonna-t-il.

 - J'aimerais savoir quelles sont vos techniques de lutte contre des tentatives d'empoisonnement de la famille Nang ?

Le chef haussa les épaules.

 - Les trucs habituels ! ronchonna-t-il. Chaque plat est passé au détecteur de poison au moment de sortir de la cuisine. C'est impossible de surveiller tous les cuisiniers. J'ai 43 hommes et femmes sous mes ordres qui s'occupent chaque jour de préparer les repas. Je ne peux pas être en permanence derrière chaque personne pour m'assurer qu'ils ne mettent pas des trucs en plus dans les assiettes.

 - Le détecteur de poison se situe à la sortie des cuisines ? insista Gaval.

 - C'est ce que j'ai dit ! confirma le chef agacé.

 - Et entre les cuisines et le moment où le plat est servi à table, qui s'assure qu'aucun nouvel ingrédient n'est ajouté ?

Le chef haussa les épaules.

 - La milice d'Arode ! C'est eux qui s'assurent que les plats arrivent en bon et due forme jusqu'à la table. Ce sont mes cuisiniers qui apportent les plats, mais ils sont accompagnés par la milice tout le long des 100 mètres qui séparent la cuisine de la salle à manger.

 - Hum ! La milice, fit Gaval en réfléchissant aux implications que cela entrainait.

 - Seneg ! cria soudainement une voix forte derrière eux.

C'était le sergent Fourque qui arrivait, un air mécontent plaqué sur le visage.

 - Au lieu de papoter, allez faire un tour dans les jardins ! Vérifiez qu'il n'y a pas d'engins explosifs cachés dans les buissons !

 - Monsieur ? s'exclama Gaval interloqué, vous êtes sérieux ?

 - Si je suis sérieux ? s'énerva Fourque. Je suis toujours sérieux ! Et quand je donne un ordre, j'aimerais qu'on le suive ! Immédiatement cadet !

 - Oui monsieur, répondit Gaval avec regret.

Il salua le chef d'un mouvement de tête et quitta les cuisines en se disant que l'intervention de Fourque était arrivée fort à propos pour l'empêcher de poser plus de questions. Ce ne pouvait pas être un hasard.

Continuer à lire