les mondes de Vlana

Zylaria livre 1 : chapitre 2, page 15 (Livre-jeu)

Livres dont vous êtes le héros > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 15

Enquête sur Sladi par Gaval Seneg

Gaval opta pour l'observation des trois nobles.

Le premier d'entre eux, habillé aux couleurs du Conglomérat d'Arode, les cheveux brun clair ondulés comme s'il avait fait une mise en plis le matin même, marchait avec une lenteur délibérée et balayait d'une main le paysage qui s'offrait à lui.

 - Voyez-vous mon cher, disait-il. On peut trouver dans ce jardin une grande partie des plantes les plus belles et les plus rares de notre confédération.

 - Oui, je vois cela, répondit l'homme à côté de lui en souriant et en faisait un clin d'oeil à la femme qui se mit à glousser discrètement.

Gaval focalisation son attention sur l'homme qui venait de répondre. Il devait avoir une trentaine d'années, était habillé élégamment, mais avec une pointe de décontraction, et surtout ce qui frappait chez lui, c'était sa coiffure. De longs cheveux noirs lui tombaient jusqu'à la taille, réunis en une queue de cheval légèrement ébouriffée. Il suivait l'homme de tête en se tenant en retrait, acquiesçant à ce que l'autre disait, tout en faisant quelques sourires charmeurs à la femme qui restait non loin de lui.

Quant à la femme, elle portait une longue robe rouge qui devait probablement coûter une fortune et ses cheveux blonds étaient remontés dans un chignon sophistiqué, décoré par plusieurs chaines en or.

 - Regardez Djeid, fit le noble. Voici un Daddag ! Un buisson extrêmement rare venant d'Helnar ! Il produit des fleurs d'un rouge éclatant une fois par décennie !

 - C'est fascinant mon cher Reixa, répondit ledit Djeid avec un sourire narquois. Un Daddag dites-vous ? Quel nom étrange !

 - Ce que mon mari ne vous dit pas, fit alors la femme. C'est qu'il a fallu négocier une véritable fortune avec le gouvernement d'Helnar pour cette plante !

 - Éléonore chérie, reprit Reixa. Ce buisson est extraordinaire et méritait bien l'argent que nous avons dépensé pour l'avoir.

 - Reixa chéri, fit-elle sur le même ton. Tu aurais pu dépenser cet argent pour me faire un magnifique cadeau ! Un collier de Sercel par exemple !

 - Chérie ! Tu en as déjà trois !

L'homme aux cheveux longs intervint alors.

 - Mais une femme d'une telle beauté mériterait de posséder tous les colliers de Sercel de notre Confédération !

La jeune femme gloussa, ses yeux pétillaient de joie en regardant l'homme qui venait de la flatter.

 - Mon cher Djeid, ne donnez pas à ma femme de telles idées, répliqua Reixa qui ne semblait pas se rendre compte de la situation, elle va réussir à ruiner notre conglomérat !

Un serviteur coupa la conversation en s'approchant de Reixa Nang pour lui dire quelque chose que Gaval n'entendit pas.

 - Bien ! fit Reixa. Rendons-nous à la salle à manger. Le repas de midi va être servi.

Fin du chapitre 2

La suite de cette histoire sera publiée sur ce site au plus tard en juillet 2021. Rendez-vous à ce moment-là !