les mondes de Vlana

Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 5

Livres dont vous êtes le héros > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 5

Enquête sur Sladi par Gaval Seneg

Nytane sortit d'une de ses poches quatre petits objets ressemblant à des boutons de manchettes noires et brillantes, et les distribua aux agents de l'APC.

 - Accrochez ceci à l'une de vos manches, dit-il sur un ton neutre.

 - C'est quoi ? Un mouchard ? répliqua le sergent Fourque avec une légère pointe d'agressivité dans la voix, mais que Nytane perçut tout de même.

Il leva les yeux vers Fourque et le fixa pendant une seconde. Dans ses yeux, on pouvait presque suivre le fil de ses pensées : pourquoi donc ce sergent m'a-t-il parlé sur ce ton ? Malgré tout, il se contenta d'expliquer en reprenant son ton neutre.

 - Ce sont des accréditations. Si jamais un membre de notre milice vous croise et vous demande qui vous êtes, présentez-lui votre accréditation. De plus, sachez que le palais est immense. Vous allez probablement vous y perdre dans un premier temps, mais il existe des bornes un peu partout. Présentez votre accréditation devant une borne et vous aurez accès au plan du palais, ainsi qu'à votre position.

Le sergent Fourque regarda l'objet avec une moue désapprobatrice et répliqua d'un ton sec.

 - Et j'imagine que votre machin va également nous tracer, non ? Vous saurez où nous sommes en permanence !

 - Pour votre sécurité, répondit Nytane calmement.

 - Mouais ! C'est ça ! ricana Fourque.

Il hésita, puis avec un soupir de résignation, il accrocha l'accréditation à sa manche gauche. Les autres agents firent de même.

Nytane conduisit ensuite l'escouade de l'APC à travers plusieurs couloirs vers une section du palais visiblement réservée au personnel, car les murs et le sol beaucoup moins décorés et plus sobres donnaient l'impression que les serviteurs du palais n'avaient besoin que du strict minimum pour travailler. Ils arrivèrent finalement dans un très long couloir avec de part et d'autre, des sas donnant accès à plusieurs dortoirs et chambres privatives.

Continuer à lire