les mondes de Vlana

Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 8

Livres dont vous êtes le héros > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : chapitre 2, page 8

Enquête sur Sladi par Gaval Seneg

 - Pouvez-vous me donner des détails sur les menaces que Reixa Nang a reçues ? demanda Gaval.

 - Je ne sais pas ce vos chefs de l'APC vous ont raconté, répondit Nytane. Je vais donc vous dire tout ce que je sais.

Il posa la feuille qu'il lisait sur la table de réunion, puis fit quelques pas en silence pour réfléchir.

 - Cela a commencé il y a un an, commença-t-il. Nous avons l'habitude de recevoir des menaces de la part de concurrents, de petits marchands ou de simples citoyens mécontents. Reixa Nang est quelqu'un de connu et le conglomérat d'Arode est riche et puissant. Cela attire forcément des jalousies et des inimitiés.

Il fit une pause en regardant Gaval dans les yeux.

 - Mais il y a un an, reprit-il, la menace que nous avons reçue était différente des autres.

 - En quoi ? demanda Gaval intrigué.

 - Nous l'avons reçu sur notre RIC interne.

 - Et qui a accès à ce RIC interne ?

 - La milice d'Arode, répondit Nytane abruptement.

Il y eut un silence de plusieurs secondes pendant lesquelles Gaval commençait à comprendre les implications de cette affaire.

 - Et à part la milice ? Qui peut accéder à votre RIC ? demanda-t-il pour s'assurer qu'il comprenait bien la situation.

 - Personne, répondit Nytane confirmant ainsi ce que pensait Gaval.

 - Je commence à comprendre pourquoi monsieur Nang a décidé de faire appel à l'APC, murmura-t-il.

Alors qu'il allait poser une autre question à Nytane, Gaval entendit la voix du sergent Fourque s'élever derrière lui.

 - Seneg ! Au lieu de papoter, allez faire un tour dans les jardins ! Vérifiez qu'il n'y a pas d'engins explosifs cachés dans les buissons !

 - Monsieur ? s'exclama Gaval interloqué, vous êtes sérieux ?

 - Si je suis sérieux ? s'énerva Fourque. Je suis toujours sérieux ! Et quand je donne un ordre, j'aimerais qu'on le suive ! Immédiatement cadet !

 - Oui monsieur, répondit Gaval avec regret.

Il salua Nytane d'un mouvement de tête et quitta la salle en se disant que l'intervention de Fourque était arrivée fort à propos pour empêcher Nytane d'en dire plus. Ce ne pouvait pas être un hasard.

Continuer à lire