les mondes de Vlana
Livre jeu / LDVELH Lecture en ligne Auto-édition Générateur de nom

Zylaria livre 1 : Chapitre I, page 15 (Livre-jeu)

Accueil > Livres dont vous êtes le héros > Livre-jeu Zylaria - livre 1 : Chapitre I, page 15

Chapitre I : Un début de carrière mouvementé pour Gaval Seneg

Page 15

Code de sauvegarde : c1p15

Finalement, pensant que Vidal ne finirait jamais son copieux petit déjeuner, Gaval le prit pour le déposer sur la pile des plateaux sales.

Ce faisant, il remarqua machinalement que le cadet qui était venu chercher Vidal tout à l'heure revenait dans le réfectoire. Il passa à côté d'une table où de nombreux agents prenaient leur repas. C'est à ce moment-là qu'il fit un discret signe de la main à l'attention d'un des agents attablés.

Ce signe qu'on apprenait assez tôt dans les cours d'instruction de l'APC, signifiait tout se passe comme prévu. Il était utilisé lors d'actions sur le terrain, lorsque le silence absolu était de mise.

Pourquoi le cadet avait fait ce signe en essayant de se montrer le plus discret possible ? A priori, un réfectoire rempli d'agents de l'APC n'était pas un théâtre d'opérations hostiles, surtout si on était soi-même un cadet !

La curiosité de Gaval le porta à se focaliser sur l'agent pour qui le signe avait été fait. L'homme possédait des cheveux blonds coupés en brosse, devait avoir la quarantaine et son visage anguleux n'était pas spécialement engageant de prime abord. De plus, ses yeux d'un bleu très clair rendaient l'aspect du personnage encore plus glacial.

L'homme regardait le cadet du coin de l'oeil. Il avait visiblement bien reçu le message, car il ferma brièvement les yeux en signe d'acquiescement. Puis, il reporta alors son attention sur Gaval et le fixa avec insistance pendant plusieurs secondes avant de se retourner vers son voisin. Ils échangèrent plusieurs mots, puis jetèrent un rapide coup d’œil à Gaval avant de reprendre leur repas comme si de rien n'était.

Voilà qui était fort troublant ! Que signifiait tout cela ? Vidal se serait-il fourré dans des ennuis ? Aurait-il entraîné Gaval avec lui sans le vouloir ? Y avait-il un rapport avec les rumeurs qu'il disait avoir entendues ? Déstabilisé, il quitta la salle en feignant un calme serein ; son rendez-vous l'attendait.

Quelques minutes de marche séparaient Gaval du bureau de son supérieur. Chassant toutes les idées qui pouvaient se rapporter aux Gros Conglomérats ou à Vidal, il préféra se concentrer sur la meilleure manière de se présenter devant Roul Tindard afin de lui montrer à quel point il était motivé.

Alors qu'il avait déjà parcouru la moitié du chemin, il entendit quelqu'un l'appeler derrière lui.

 - Hé ! Gaval attends-moi !

L'interpelé se retourna en soupirant machinalement. En effet, il avait clairement reconnu la voix d'Ally, une autre cadette de sa promotion, connue pour sortir avec Vidal. Elle allait probablement parler de son bien-aimé et de ses soucis avec un supérieur hiérarchique.

 - J'ai une super nouvelle ! annonça Ally d'une voix surexcitée.

 - Ah oui ? fit Gaval en se disant que finalement ils n'allaient peut-être pas parler de Vidal.

 - J'ai un rendez-vous d'entretien avec le capitaine Oksar ! Tu le connais, non ? Il a une super bonne réputation ! Il parait que tous les cadets qui ont travaillé pour lui sont montés en grade vite fait bien fait !

 - Ah oui ? répondit Gaval laconiquement.

 - Comment tu me trouves ? demanda la jeune femme en faisant un tour sur elle-même. Ça va ? Je présente bien ? Tu as vu, je me suis fait un chignon ! Ça fait plus classe. Qu'est-ce que t'en penses ?

 - Heu oui, c'est bien, mais...

 - Génial ! Je veux vraiment essayer de lui faire bonne impression. J'aimerais tellement travailler pour lui !

 - C'est bien, mais je dois y aller, rétorqua Gaval en regardant l'heure sur son orcom. J'ai un entretien.

 - Super ! Et c'est avec qui ?

 - Avec le capitaine Tindard, j'ai rendez-vous dans...

 - Tindard ? Jamais entendu parler ! Tu le connais ?

 - Pas encore, mais justement faut que j'aille le voir... maintenant !

 - Ah ok ! Alors bon courage et bonne chance ! Tu vas y arriver, j'en suis sûre, fit-elle en ponctuant sa phrase d'un petit geste d'encouragement de la main.

Gaval se contenta de répondre par un léger sourire, puis il tourna les talons pour reprendre son chemin, mais en accélérant l'allure cette fois-ci. L'intervention inopinée d'Ally l'avait légèrement retardé.

Continuer